Les Plus Lus

  • Des premiers parents…

    Cal’n et Abel avaient une sœur unique qu’ils appelaient Putain et Rebelle. Un beau jour ils s’entre-tuèrent pour elle. — Ça commence bien, dit Adam. — Tu trouves? dit Eve en souriant. — Enfin, tout de même, tu avoueras que c’est tragique ! dit Adam. — La tragédie, ce n’est pas grand-chose, dit Eve. Une […] Plus

    Lire la suite

  • Lettre a boris

    Paris 24-26 Palotin 87 Vendremanche 13-15 mai 1960 Mon cher Boris, Que deviens-tu? La dernière fois que je t’ai vu, en voisin, cité Véron, c’était devant le cerisier et nous parlions de lui très affectueusement, c’est si rare aujourd’hui, les cerises à Paris. Un peu plus tard en plein soleil à Antibes où tu devais […] Plus

    Lire la suite

  • C’est une émotion étrange

    C’est une émotion étrange pour mon âme De voir l’enfant, encor dans les bras de la femme, Fleur ignorant l’hiver, ange ignorant Satan, Secouant un hochet devant Léviathan, Approcher doucement la nature terrible. Les beaux séraphins bleus qui passent dans la bible, Envolés d’on ne sait quel ciel mystérieux, N’ont pas une plus pure aurore […] Plus

    Lire la suite

  • Tu parles ou on te tue

    « Tu parles ou on te tue » Ils t’ont tuée Evelyne Tu n’avais pas parlé En trois phrases ordinaires sans coryphée sans chœur sans théâtre ni spectateurs sans l’intervention des dieux ou leur absence la voilà la tragédie « Tu parles ou on te tue » Ils t’ont tuée Evelyne Tu n’avais pas parlé […] Plus

    Lire la suite

  • Poèmes tombés du train

    Les larmes montent aux yeux du sphinx tant l’énigme a tué L’eau cherche le désert qui la fuit soif de l’eau inconstance du désert Toute sagesse est illusoire Le sang rompt les équilibres emporte les garde-fous L’homme s’agrippe aux écailles du miroir L’oiseau disons la tourterelle se moque du désordre son chant n’est pas une […] Plus

    Lire la suite

  • Mes souhaits de bonne année

    Encore un premier jour de l’an Que le temps nous apporte ! Cette date donne l’élan Aux vœux de toute sorte. Puissiez-vous, gais et bien portants, Quand reviendra la fête, En faire encore après cent ans… Oui, je vous le souhaite ! Ménages où l’on voit lié Le printemps et l’automne, Vieux maris, près de […] Plus

    Lire la suite

  • Célébrités

    J’ai pris le train de Rome. J’ai dit à Michel-Ange : « Mon vieux, je ne reviendrai plus ; contente-toi des hordes japonaises. » J’ai pris le train de Bruges et j’ai craché, l’un après l’autre, sur les Memling : « Je n’admire plus rien ; ce qui m’était si doux, se transforme en torture. […] Plus

    Lire la suite

  • L’Odéon

    Le mur lui-même semble enrhumé du cerveau. Bocage a passé là. L’Odéon, noir caveau, Dans ses vastes dodécaèdres Voit verdoyer la mousse. Aux fentes des pignons Pourrissent les lichens et les grands champignons Bien plus robustes que des cèdres. Tout est désert. Mais non, suspendu, sans clocher, Le grand nez de Lucas fend l’air comme […] Plus

    Lire la suite

  • L’art poétique (Chant II)

    Telle qu’une bergère, au plus beau jour de fête, De superbes rubis ne charge point sa tête, Et, sans mêler à l’or l’éclat des diamants, Cueille en un champ voisin ses plus beaux ornements Telle, aimable en son air, mais humble dans son style, Doit éclater sans pompe une élégante Idylle. Son tour, simple et […] Plus

    Lire la suite

  • L’orateur

    A sa table de conférence il se lève et déjà commence, laissant flotter (le temps qu’il faut) un instant infime de silence ainsi qu’au lever du rideau… On se manifeste aussitôt : Bravos. Il ne s’engage que sobrement (les coups de gueule viendront à temps). Du geste, il souligne le verbe, malgré lui comédien en […] Plus

    Lire la suite

  • À Victor Hugo

    Sur ton front brun comme la nuit, Maître, aucun fil d’argent ne luit, Et nul Décembre sacrilège, Ne met sa neige. Pourtant, dans ton labeur sacré, Tu te vois déjà vénéré, Ô génie immense et tranquille, Comme un Eschyle. À ta lèvre où passe un rayon De la charmante Illusion, La Gloire, innocente comme elle, […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.