Poussant des boeufs pourprés…

Poussant des boeufs pourprés dans le brun des labours,
Et tranchant le genêt, déracinant la brande
Les bouviers du pays partout chantent la ‘Grande’
A pleins poumons. Ils ont, comme les guerriers boërs,

D’épais colliers de poil tout autour des mâchoires,
Ils s’attachent aux reins un tablier de peau ;
Et, sur leurs crânes ronds de Celtes, un chapeau
Ouvre, énorme et velu, de larges ailes noires.

A leurs Chants, que nota quelque vieux ménestrel,
Ils mêlent par instant de sonores vocables ;
Et les boeufs, entendant ‘Yé Bourro ! yé Queirel’ !
Font saillir des tendons aussi gros que des câbles.

Mon Auvergne

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Arsène Vermenouze

Poemes Arsène Vermenouze - Découvrez les œuvres poétiques de Arsène Vermenouze

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez la muse vous guider, comme elle l'a fait pour Lamartine. Commentez et émerveillez-nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Colons sur le haut-parana

Ne lira-t-on jamais que ce dieu rigoureux