Épithalame

Hyménée, ô joie, hymen, hyménée !
La nuit de mon cœur s’est illuminée.

Et ce fut d’abord, d’abord en mon cœur,
Des hymnes confus qui chantaient en chœur.

Ils chantaient la vie et l’amour de vivre,
Le miel des baisers, si doux qu’il enivre.

Et je tressaillais, sans savoir pourquoi.
Comme si la vie allait naître en moi.

Alors un grand vent déchira les nues.
Vous chantiez toujours, ô voix inconnues

Et j’avais le cœur plus troublé qu’avant,
Lorsque l’aube d’or parut au levant.

Et l’aube éclaira de sa flamme douce
Une enfant couchée en un lit de mousse.

L’enfant se dressa sur l’horizon clair
Et tendit vers moi la fleur de sa chair.

Voter pour ce poème!

Arsène Houssaye Apprenti Poète

Par Charles Le Goffic

Charles-Henri Francis Jean-Marie Le Goffic, né le 14 juillet 1863 à Lannion où il est mort le 12 février 1932, est un poète, romancier et critique littéraire français dont l'œuvre célèbre la Bretagne.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Rejoignez-nous et laissez vos mots s'envoler comme des papillons, comme le faisait Desnos.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Epitaphe pour lui-même

Ariette dauphinoise