Chute D’une Déesse

Paf ! l’a chu. la grande idôlée.

L’étail belle et tant cajolée ;

Paf! l’a chu d’un’ seul’ tribolée.
Dans ses mâchefers, ses plâtras.

Ses tracas, ses cas, ses fatras.

Paf. l’a bien chu. l’est tote à plat.
Z’orgues, vous peut bien gazouiller.

Z’encens. vous peut bien grésiller.

Z’csprits. vous peut bien zézayer.
Paf. l’a chu et l’est tote à plat.
Fallait pas qu’ell’ fass’ tant semblant.

Fallait pas qu’ell’ no saigne à blanc.

Fallait du cœur, fallait du flanc.
N’en avait plus, n’en avait pas.

N’avait plus qu’feintise et blabla :

L’a bien chu, paf. l’est tote à plat.

Norge

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments