Silence

Le gel au regard ouvert
Sur

Pair, les plus tristes pierres
Et les géantes fougères ;
Ce qui bouge dans le fond
Du cœur, dans le fond des guerres.
L’amour, les rapides anges
Qui visitent les cités.
Les insectes musicaux
Dans les plaines de l’été.
Temps infini, plage unie.
Dieu même encore effacé
Par les murs de sa clarté.
Dieu surpris de te créer.
O silence du poète.

Norge

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments