Les Plus Lus

  • Le tour de l’île

    Pour supporter le difficile Et l’inutile Y a l’ tour de l’île Quarante-deux milles De choses tranquilles Pour oublier grande blessure Dessous l’armure Été, hiver, Y a l’tour de l’île L’Île d’Orléans L’Île c’est comme Chartres C’est haut et propre Avec des nefs Avec des arcs, des corridors Et des falaises En février la neige […] Plus

    Lire la suite

  • Chien errant

    Il essaie des fois de défaire ce nœud Essentiel, sa force, sa faiblesse Une couronne imaginaire posée sur la tête, Une brioche croquée dans la pénombre, Loin du regard des autres Le soleil brille sur lui Il ne le voit pas L’estragon de son hémisphère, Il pourrait laisser ses bagages derrière lui Et aller dans […] Plus

    Lire la suite

  • Promesse de l’irréel

    J’ai ma tristesse dans ma chair et ma joie dans les livres. Celui-ci s’est ouvert pour que j’y trouve un droit de vivre plus acceptable que mon dû. Je me nourris de fables et de malentendus. Je ne sais pas si mes semblables comprennent que mon seul bonheur est dans l’imaginaire. Mon esprit, qui a […] Plus

    Lire la suite

  • Ballade de la ruine

    Je viens de revoir le pays, Le beau domaine imaginaire Où des horizons éblouis Me venaient des parfums exquis. Ces parfums et cette lumière Je ne les ai pas retrouvés. Au château s’émiette la pierre. L’herbe pousse entre les pavés. La galerie où les amis Venaient faire joyeuse chère Abrite en ses lambris moisis Cloportes […] Plus

    Lire la suite

  • Figuratifs de l’imaginaire

    Quand l’homme, en fin de querelle, a égrené tout son chapelet d’injures, il hausse les épaules pousse un grand soupir et dit: «Figure!» Puis, ne précisant pas, s’en va. Un autre jour, racontant ce qui s’est passé la veille et qu’il a trouvé surprenant il dit : « Figurez-vous que pas plus tard qu’hier… et […] Plus

    Lire la suite

  • Révélation du monde

    Vers le milieu de l’après-midi, Corsaire Sanglot se trouva (ou se retrouva) sur un boulevard planté de platanes. Eût-il cheminé longtemps si son attention n’avait été attirée par une femme nue reposant sur le trottoir. Jadis, sur cette gorge, Louise Lame avait mis des baisers scandaleux à l’égard de la populace. Puis des rues adjacentes […] Plus

    Lire la suite

  • Le palais des mirages

    Perdu dans le désert, l’explorateur casqué de blanc voit se dresser à l’horizon les tours majestueuses, d’une ville inconnue. Corsaire Sanglot passe à trois heures de l’après-midi dans le jardin des Tuileries, se dirigeant vers la Concorde. À la même heure, Louise Lame descend la rue Royale. Arrivée à la hauteur du café Maxim’s, le […] Plus

    Lire la suite

  • À grand-papa

    Il faut écouter, amis, La parole des ancêtres. — Ne soyons jamais soumis ! Mais, d’où viennent tous les êtres ? Donc pour cela, puis-je oser, À travers l’imaginaire, Vous envoyer un baiser De tout mon cœur, mon grand-père ? Vous faisiez des vers très doux D’après le doux Théocrite, « L’Oaristys ! » C’est […] Plus

    Lire la suite

  • HÔpital beaujon

    1. Dans ma poitrine, un train s’est renversé. Je suis une chaudière. Je suis un pneu. Une piqûre suffit-elle à calmer ce vieux cœur où les chansons demandent un peu plus d’oxygène ? Dans ma poitrine, une ferraille se veut indépendante. 2. Je n’ai pas de visage : un graphique, un bouton qui s’allume, un […] Plus

    Lire la suite

  • Le songe

    Tableau III. Le sommeil a touché ses yeux ; Sous des pavots délicieux Ils se ferment, et son cœur veille, À l’erreur ses sens sont livrés. Sur son visage, par degrés, La rose devient plus vermeille ; Sa main semble éloigner quelqu’un ; Sur le duvet elle s’agite ; Son sein impatient palpite, Et repousse […] Plus

    Lire la suite

  • Le Songe

    Le sommeil a touché ses yeux ; Sous des pavots délicieux Ils se ferment, et son coeur veille. A l’erreur ses sens sont livrés. Sur son visage par degrés La rose devient plus vermeille ; Sa main semble éloigner quelqu’un : Sur le duvet elle s’agite ; Son sein impatient palpite Et repousse un voile […] Plus

    Lire la suite

  • L’idéal

    I Idéal ! Idéal ! sur tes traces divines, Combien déjà se sont égarés et perdus ! Les meilleurs d’entre nous sont ceux que tu fascines ; Ils se rendent à toi sans s’être défendus. Ce n’est point lâcheté, mais fougue involontaire, Besoin d’essor, dégoût de tout ce qui périt, Pur désir d’échapper a l’affreux […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.