Sonnet Renaissance

D’un pas leste et galant sautant hors du bateau,
Un grand seigneur, en très somptueux équipage
Pose ses doigts gantés sur l’épaule du page
Qui porte dans ses bras l’épée et le manteau.

Le compliment en vers qu’on remettra bientôt
Est barbouillé par un pédant sur une page,
Et les musiciens en chœur font du tapage
Sous la fenêtre ouverte et sombre du château.

De son retrait, la dame entend voix et guitares,
Tandis que sort mari, truste, en proie aux catharres,
Fait dans l’herbe du parc tendre maint piégeàloups.

Mais près du mur, caché dans l’ombre, sur la pierre.
Pour donner un grand coup d’estoc au vieux jaloux,
Le rouge spadassin aiguise sa rapière.

Les caresses

Voter pour ce poème!

Jean Richepin Apprenti Poète

Par Jean Richepin

Auguste-Jules Richepin, dit Jean Richepin, né le 4 février 1849 à Médéa et mort le 12 décembre 1926 à Paris 16ᵉ, est un poète, romancier et dramaturge français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie transcende le temps. Écrivez comme Baudelaire, commentez comme Aragon, et laissez votre empreinte.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Ou soit lors que le jour le beau Soleil nous donne

Dépaysement