Le désert

Coincé derrière une barrière de fer
Les jours sont longs
ici
dans ce désert.

Les loups crient chaque nuit
L’odeur des carcasses
me rend fou
Mais je reste

où je devrais.

Aujourd’hui, j’ai dix-huit ans
demain, comme toujours, j’irai chercher…
J’irai sous le ciel bleu profond
gratter la pierre avec mes doigts
jusqu’à ce que le sang coule
partout
dans le sable blanc et magnifique
de ce désert mélancolique.

Jules Delavigne, Conclusions, 2008

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

GIPHY App Key not set. Please check settings

Le Nazaréen

Le Rhin