Les images perimees

Maintenant j’écris

comme l’aveugle voit

La lumière glisse sur mes paupières

et s’évacue par le trou de la page

Les mots font les cent pas dans leur cage

J’entends claquer le fouet du dompteur

et pas de rugissement

Mes images toutes

sont périmées

Je marche

dans le dédale du cœur

sans chien-guide

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments