Duree

Temps où cailloux se lissent.

Ténèbres qui roucoulent.

Voyelles de la houle

Et morts qui reverdissent.
Clarinette d’été.

Glousse à l’arbre qui glisse

Aveugle en sa clarté.

Temps où cailloux se lissent.
Dors un peu, vent du glaive.

Dormez, lourdes milices.

Engeance, écoute en rêve

Temps où cailloux se lissent.
Et dormez bien, supplices :

Ruisseau tout frais éclos

Câline à petits flots

Temps où cailloux se lissent.

Norge

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments