Départ

Cirez les bottes.

Apportez-moi la selle :

j’ai choisi l’alezan

qui aime s’entraîner parmi les tournesols.

La houppelande est vaste et amicale.

Gardez les fenêtres ouvertes

pour que le vent du sud

apporte ses musiques.

Ne prévenez personne :

seul l’horizon vous est indispensable.

Elisez à ma place un vieux marin

avec, dans l’œil, comme un naufrage.

Je longerai la côte

jusqu’aux premiers récifs.

Dites à mon épouse que je l’aime

comme l’azur sur la montagne.

Ne parlez pas à mes deux fils :

ils savent que je reviendrai

avec, dans mes bagages,

des comètes très souples.

Oubliez, je vous prie, jusqu’à mon nom :

soyez libres de moi,

à la façon des frênes

et des galets devant le phare.

J’ai trop longtemps bousculé l’ordre

Merci : deux outres suffiront.

Voter pour ce poème!

Alain Bosquet Apprenti Poète

Par Alain Bosquet

Anatole Bisk, dit Alain Bosquet, né à Odessa (Ukraine) le 28 mars 1919 et mort à Paris le 17 mars 1998, est un poète et écrivain français d'origine russe.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Écrivez comme un Verlaine, commentez comme un Hugo, et vous serez un pilier de notre communauté poétique.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Flots des mers

L’Accolade