Fleuve

MISSISSIPI
À cet endroit le fleuve est presque aussi large qu’un lac
Il roule des eaux jaunâtres et boueuses entre deux berges marécageuses
Plantes aquatiques que continuent les acréages des cotonniers
Ça et là apparaissent les villes et les villages tapis au fond de quelque petite baie avec leurs usines avec leurs hautes cheminées noires avec leurs longues estacades qui

s’avancent leurs longues estacades sur pilotis qui s’avancent bien avant dans l’eau
Chaleur accablante
La cloche du bord sonne pour le lunch

Les passagers arborent des complets à carreaux des cravates hurlantes des gilets rutilants comme les cocktails incendiaires et lès sauces corrosives
On aperçoit beaucoup de crocodiles

Les jeunes alertes et frétillants
Les gros le dos recouvert d’une mousse verdâtre se laissent aller à la dérive
La végétation luxuriante annonce l’approche de la zone
tropicale

Bambous géants palmiers tulipiers lauriers cèdres

Le fleuve lui-même a doublé de largeur

Il est tout parsemé d’îlots flottants d’où l’approche du
bateau fait s’élever des nuées d’oiseaux aquatiques

Steam-boats voiliers chalands embarcations de toutes
sortes et d’immenses trains de bois

Une vapeur jaune monte des eaux surchauffées du
fleuve
C’est par centaines maintenant que les crocos s’ébattent
autour de nous

On entend le claquement sec de leurs mâchoires et l’on
distingue très bien leur petit œil féroce

Les passagers s’amusent à leur tirer dessus avec des
carabines de précison

Quand un tireur émérite réussit ce tour de force de tuer
ou de blesser une bête à mort

Ses congénères se précipitent sur elle la déchirent

Férocement

Avec des petits cris assez semblables au vagissement
d’un nouveau-né

Blaise Cendrars

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments