Oyster-Bay

Tente de coutil et sièges dé bambou
De loin en loin sur ces plages désertes on aperçoit une
hutte couverte de feuilles de palmier ou l’embarcation
d’un nègre pêcheur de perles
Maintenant le paysage a changé du tout au tout

A perte de vue
Les plages sont recouvertes d’un sable brillant
Deux ou trois requins s’ébattent dans le sillage du yacht
La

Floride disparaît à l’horizon
On prend dans le meuble d’ébène un régalia couleur d’or
On le fait craquer d’un coup d’ongle
On l’allume voluptueusement
Fumez rumeur fumez fumée fait l’hélice

Blaise Cendrars

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments