Ni bonjour ni bonsoir

Sur un air grec.

Le matin n’est plus ! le soir pas encore :
Pourtant de nos yeux l’éclair a pâli.

Mais le soir vermeil ressemble à l’aurore,
Et la nuit plus tard amène l’oubli !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments