Il suffit que, sur un balcon

Il suffit que, sur un balcon
ou dans l’encadrement d’une fenêtre,
une femme hésite …, pour être
celle que nous perdons
en l’ayant vue apparaître.

Et si elle lève les bras
pour nouer ses cheveux, tendre vase :
combien notre perte par là
gagne soudain d’emphase
et notre malheur d’éclat !

Les fenêtres

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments