Sur nos pas le profond enfer s’est refermé

Sur nos pas le profond enfer s’est refermé.
Ô compagnon pensif qui m’enseigne la route,
Moins réprouvés que nous, les morts au fond du gouffre
Blasphèment : « Dieu nous hait, mais nous avons aimé. »

Sur l’extrême plateau qu’une aube obscure teinte,
Nous desserrons nos mains qui vont se désunir,
Et nos funèbres cœurs roulent des souvenirs
Plaintifs comme le vol des âmes dans les limbes.

Vois s’étoiler le ciel terrestre au carrefour
Où Virgile attristé se sépare de Dante.
Un grand rêve t’arrête au seuil du monde humain ;

Tu restes dans la nuit quand je vais vers le jour :
Pour me guider hors des ténèbres du chemin,
Élève ton esprit sur moi, comme une lampe.

Voter pour ce poème!

Charles Guérin Apprenti Poète

Par Charles Guérin

Charles Guérin, né le 29 décembre 1873 à Lunéville, où il est mort le 17 mars 1907, est un poète français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une énigme à résoudre, comme un poème de Rimbaud. Participez à notre quête littéraire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Tu rangeais en chantant pour le repas du soir

L’affût