Ô Toy qui as et pour mere et pour pere

Ô Toy qui as et pour mere et pour pere,
De Jupiter le sainct chef, et qui fais
Quand il te plaist, et la guerre et la paix,
Si je suis tien, si seul je te revere,

Et si pour toy je depite la mere
Du faux Amour, qui de feux, et de traits
De paix, de guerre, et rigueurs, et attraits
Tachoit plonger ton Poëte en misere,

Viens, viens ici, si venger tu me veux.
De ta gorgone épreins moy les cheveux,
De tes dragons l’orde panse pressure :

Enyvre moy du fleuve neuf fois tors,
Faymoy vomir contre une, telle ordure,
Qui plus en cache et en l’ame et au corps.

Contr’amours

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Avatar
S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments