Au pavillon de la boucherie

Durement

coquettement piquée

dans la viande tendre de l’étal

une rose rouge de papier

hurle à la mort

en robe de bal

Un
Carnivore en tenue de soirée

passe devant la fleur sans la voir

ni l’entendre

Et dans le ruisseau

du sang

sur l’eau d’abord s’étale

et puis s’écoule calmement

dans la douce chaleur de la nuit

tenant un instant compagnie

au passant.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments