C'était OKC'était OK

Le paon, les deux oisons et le plongeon

Un paon faisait la roue, et les autres oiseaux
Admiraient son brillant plumage.
Deux oisons nasillards du fond d’un marécage
Ne remarquaient que ses défauts.
Regarde, disait l’un, comme sa jambe est faite,
Comme ses pieds sont plats, hideux.
Et son cri, disait l’autre, est si mélodieux,
Qu’il fait fuir jusqu’à la chouette.
Chacun riait alors du mot qu’il avait dit.
Tout-à-coup un plongeon sortit :
Messieurs, leur cria-t-il, vous voyez d’une lieue
Ce qui manque à ce paon : c’est bien voir, j’en conviens ;
Mais votre chant, vos pieds, sont plus laids que les siens,
Et vous n’aurez jamais sa queue.

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La balance de Minos

La taupe et le lapin