Bouche de Reine

La Reine en moi bercée

Me donne sa grandeur

Je suis la tour hantée

Dont les hommes ont peur.
Bouche de Reine

Sans un baiser,

Tour sur la plaine

Sans escalier.
Mes yeux sont les fenêtres

Où brillent ses beaux yeux,

La Reine va paraître

Chassant les amoureux.
Nul ne me dit :

« Viens ma maîtresse

Il est minuit

Dénoue tes tresses. »
Une Reine est en moi

Qui défie l’aventure,

Sa main est en mes doigts

Mon corps est son armure.
Et nul ne veut

De ma personne

Car je suis deux

Quand je me donne.
1939

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Marasmes

Semper eadem