Vers Minuit

Des portes s’ouvrent des fenêtres se dévoilent

Un feu silencieux s’allume et m’éblouit

Tout se décide je rencontre

Des créatures que je n’ai pas voulues
Voici l’idiot qui recevait des lettres de l’étranger

Voici l’anneau précieux qu’il croyait en argent

Voici la femme bavarde aux cheveux blancs

Voici la fille immatérielle
Incomplète et laide baignée de nuit et de misère

Fardée de mauves et de pervenches absurdes

Sa nudité sa chasteté sensibles de partout

Voici la mer et des bateaux sur des tables de jeu

Un homme libre un autre homme libre et c’est le
même

Des animaux enragés devant la peur masquée de
boue

Des morts des prisonniers des fous tous les absents
Mais toi pourquoi n’es-tu pas là pour m’éveiller

Paul Eluard

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments