Ode à la fièvre

Ah fievreuse maladie,
Coment estu si hardie
D’assaillir mon pauvre cors
Qu’amour dedans et dehors
De nuit et de jour m’enflame,
Jusques au profond de l’ame ;
Et sans pitié prend à jeu
De le mettre tout en feu :
Ne crainstu point vieille blême
Qu’il ne te brule toimême ?
Mais que cerchestu chés moi ?
Sonde moi partout, et voi
Que je ne suis plus au nombre
Des vivans, mais bien un ombre
De ceus qu’amour et la mort
Ont conduit delà le port
Compagnons des troupes vaines
Je n’ay plus ni sang, ni venes,
Ni flanc, ni poumons, ni coeur,
Long tems a que la rigueur
De ma trop fiere Cassandre
Me les a tournés en cendre.
Donq, si tu veux m’offencer,
Il te faut aller blesser
Le tendre cors de m’amie,
Car en elle gist ma vie,
Et non en moi, qui mort suis,
Et qui sans ame ne puis
Sentir chose qu’on me face,
Non plus qu’une froide mace
De rocher, ou de metal,
Qui ne sent ne bien ne mal.

Les meslanges

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Chanson de fou (3)

Petit sonnet sauce Coppée