Silence

La frégate à la queue fourchue en vide ivresse se dissout Le Vide aspire la frégate et se creuse un zénith dessous Point d’or qui verticalement à son iris inexistant Guette guette son même éveil aux extrêmes d’un double abîme

Suspens d’oiseau dont ce point nul est l’envergure bord à bord Qui n’est pas plus que n’est en bas son éclatante ombre océane Si lisse le silence et dense et si absent omniprésent Que partout nulle part ce point cerne l’oeil blanc gouffre cosmique

Le Silence est le gouffre rond dont le centre est ce point fléché L’ouïe tendue hors d’aucun son qui se provoque à se percer L’oiseau aigu inexistant dont l’abîme est l’oscillement Inconnaissance s’innervant d’elle-même dans le Néant

Personne hormis le Silence ne s’atteint en ce lieu sans lieu Où le Néant que rien ne meut clos sur Soi-même S’y respire Souffle scellé qui se suffit sans créer étendue ni mot Où pourrait croître l’imminence impatiente de l’oiseau

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments