Cœur de Plomb

Je ne veux plus rien voir
Tous les trains sont passés
Un tourbillon de neige entoure la maison
Qui tombe
Dans un fossé
C’était chez toi
L’hiver mettait ta vie en péril
Où sont tes mains glacées
Le poêle est éteint
La vitre est brisée
Nous restions assis
Sans rien dire
Et l’ombre nous enveloppait
En face une femme chantait
Plus bas une lampe brillait
Les cris venaient de loin et les yeux s’éteignaient
Il y avait dans la cour une vie trop triste qui mourait
Mais la terre a tourné depuis
La fenêtre d’en bas est montée
La maison tout d’un coup s’est renversée
C’est une automobile qui passe
Je vois des gens qui rient dans la glace
Plus loin c’est un homme sérieux
Une femme sauvage est au milieu
C’est celle de mon meilleur ami
Toi tu t’éloignes et tu souris
Regarde encore
Ce buste qui s’éclaire au fond du corridor

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments