Pointe

Au coin du bois
Quelqu’un se cache
On pourrait approcher sans bruit
Vers le vide ou vers l’ennemi
En tombant la nuit s’est fendue
Deux bras sont restés étendus
Dans l’ombre un regard fixe
Un éclair éperdu
Pour aller plus loin vers la croix

Tout ce qu’on voit
Tout ce qu’on croit

C’est ce qui part
Là ou ailleurs sans qu’on le sache

Avec la peur d’aller trop près

Du ravin noir où tout s’efface

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments