Vendredi Treize

La feuille vole cachant l’ombre
Un jour de plus vient s’ajouter au nombre

Les passants arrêtés à l’étage au-dessus

Quelqu’un descend

L’araignée monte

Ou la cage de l’ascenseur

Un oiseau qui ne chante pas parce qu’il a peur
Un enfant pleure et se résigne

Dans la maison où tout est noir
Sous la marque du triste signe

Et sur le champ bordé d’espoir

La lumière monte et décline
Un vœu trop lourd pour le hasard

S’est échappé de ma poitrine

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments