À Mademoiselle de Guise


(Sur son mariage avec M. le duc de Richelieu.)

Un prêtre, un oui, trois mots latins
A jamais fixent vos destins ;
Et le célébrant d’un village,
Dans la chapelle de Montjeu,
Très chrétiennement vous engage
À coucher avec Richelieu ;
Avec Richelieu, ce volage,
Qui va jurer par ce saint nœud
D’être toujours fidèle et sage.
Nous nous en défions un peu ;
Et vos grands yeux noirs, pleins de feu,
Nous rassurent bien davantage
Que les serments qu’il fait à Dieu.

Mais vous, madame la duchesse,
Quand vous reviendrez à Paris,
Songez-vous combien de maris
Viendront se plaindre à vôtre altesse ?

Ces nombreux cocus qu’il a fait,
Ont mis en vous leur espérance :
Ils diront, voyant vos attraits,
Dieux ! quel plaisir que la vengeance !

Vous sentez bien qu’ils ont raison,
Et qu’il faut punir le coupable ;
L’heureuse loi du talion
Est des lois la plus équitable.

Quoi votre cœur n’est point rendu !
Votre sévérité me gronde !
Ah ! quelle espèce de vertu
Qui fait enrager tout le monde !

Faut-il donc que de vos appas
Richelieu soit l’unique maître ?
Est-il dit qu’il ne sera pas
Ce qu’il a tant mérité d’être ?

Soyez donc sage, s’il le faut,
Que ce soit-là votre chimère ;
Avec tous les talents de plaire
II faut bien avoir un défaut.

Dans cet emploi noble et pénible
De garder ce qu’on nomme honneur,
Je vous souhaite un vrai bonheur ;
Mais voilà la chose impossible.

Print Friendly, PDF & Email

Avez-vous été touché par ce poème? Partagez votre histoire ici.

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.

  S'abonner  
Me notifier des
Voltaire

François Marie Arouet, dit Voltaire, né le 21 novembre 1694 et décédé le 30 mai 1778 à Paris.
Choisissez un format
Story
Formatted Text with Embeds and Visuals