C’est pour t’avoir vue

C’est pour t’avoir vue
penchée à la fenêtre ultime,
que j’ai compris, que j’ai bu
tout mon abîme.

En me montrant tes bras
tendus vers la nuit,
tu as fait que, depuis,
ce qui en moi te quitta,
me quitte, me fuit…

Ton geste, futil la preuve
d’un adieu si grand,
qu’il me changea en vent,
qu’il me versa dans le fleuve ?

Les fenêtres

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

GIPHY App Key not set. Please check settings

Métamorphoses

Les hommes saignent l’homme