Pins, pins et sapins

Le ciel la mer saline et les rochers pleins d’eau

le cœur de l’anémone auprès des pins têtus

la marche auprès du ciel la marche auprès de l’eau

et la course assoiffée auprès des pins têtus

herbes mousses lichens et toutes les bestioles le regard s’est perdu sous les sapins têtus le regard qui s’égare après tant de bestioles les peuples effarés sous les sapins têtus

le ciel la mer saline où sabre le soleil

tranche la tête plane aux sapins éperdus

se cabrant dans le ciel et se cabrant dans l’eau

tandis qu’une bestiole à l’ombre d’un lichen cerne de son trajet le bois des pins têtus sans qu’un regard disperse une route inutile

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments