Le jour du mariage

Le jour du mariage
Bien gravement s’engage
L’amour malin ;
Mais souvent, pour se rendre,
On le contraint d’attendre
Au lendemain.

Dans ce jour d’épouvante,
On fuit, on est tremblante,
Et puis enfin
On commence à s’y faire,
Et l’on est moins sévère
Le lendemain.

La vie est un beau songe,
Si l’amour le prolonge
Jusqu’à la fin.
Caressons son enfance,
Tant que luit l’espérance
D’un lendemain.

Ce dieu, qui nous enivre,
Au jour le jour veut vivre ;
C’est son destin.
Loin de lui la prudence :
Il s’enfuit dès qu’on pense
Au lendemain.

Pour garder son empire,
Avec un doux sourire,
Chaque matin
Offrez nouvelle grâce ;
Sans s’en douter qu’il passe
Au lendemain.

Voter pour ce poème!

Victoire Babois Apprenti Poète

Par Victoire Babois

Marguerite Victoire Babois, née le 6 octobre 1760 à Versailles et décédée le 18 mars 1839 à Paris, est une femme de lettres française, auteure d'élégies et autres poésies qui ont placé son nom au premier rang des poètes élégiaques français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez la muse vous guider, comme elle l'a fait pour Lamartine. Commentez et émerveillez-nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le jour de ton anniversaire

L’ennui de Léonore