Ferment

Séduisant du festin de mon foie ô
Soleil

ta réticence d’oiseau, écorché, roulant.

L’âpre lutte nous enseigna nos ruses,

mordant l’argile, pétrissant le sol

marquant la terre suante

du blason du dos, de l’arbre de nos épaules

sanglant, sanglant

soubresaut d’aube démêlé d’aigles.

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Silvia

Au temps de la mort des marjolaines