La mort et le baiser

Voulez-vous me prêter un peu de votre vie ?

J’aimerais corriger la mienne qui est vieille et que j’ai mal servie.

Un crâne plus léger

lui donnerait l’espoir; une épaule plus leste,

un sentiment d’amour.
Voulez-vous me prêter, dans un parc, quelques gestes

qui n’ont pas de contours,

mais qui font au soleil peu à peu le langage

des frissons éperdus ?
J’ai trop longtemps ouvert mon cœur à ses chantages

pour avoir attendu

la mesure profonde ou le tourment propice.

Voulez-vous me prêter la main qui est très souple et la mer qui est lisse

dans la sérénité ?

J’ai trop de fois souffert d’être plusieurs et proche

du suicide verbal ; j’ai besoin, je crois bien, d’une fleur qui s’accroche,

d’un caillou dans le val.

d’une aube qui secoue l’horizon et du cygne

qui nargue son miroir.
Voulez-vous me prêter, majestueux et digne

comme vous, ce pouvoir :

confondre enfin la chose et la très simple chose,

l’homme et l’être apaisé, l’herbe avec ses bouvreuils et l’herbe qu’on arrose,

la mort et le baiser ?

Voter pour ce poème!

Alain Bosquet Apprenti Poète

Par Alain Bosquet

Anatole Bisk, dit Alain Bosquet, né à Odessa (Ukraine) le 28 mars 1919 et mort à Paris le 17 mars 1998, est un poète et écrivain français d'origine russe.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est une danse des mots. Invitez-vous sur la piste, dansez avec nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Ou la Femme

Peintures de luc simon