Le damné

Je voudrais que la nuit fût opaque et figée,
Définitive et sourde, une nuit d’hypogée ;
J’oserais approcher, soudainement hardi,
De la femme pour qui je suis un grain de sable,
Et d’un mot lui crier mon rêve inguérissable.
Elle ne rirait pas, devinant un maudit.

Pour m’imposer à sa pitié de curieuse,
Je ferais de mon corps une chose hideuse
Et m’en irais pourrir sur un lit d’hôpital.
Mais de plaisir son cœur est seulement avide,
Pour son linge elle craint une senteur d’acide.
Elle ne viendrait pas diviniser mon mal.

Ayant dit mon amour et ma désespérance,
Je me tuerais avec bonheur, en sa présence,
Pour la voir essayant d’un geste à m’arrêter.
Elle ne s’émeuvrait que la balle partie,
Et, contente d’avoir un drame dans sa vie,
Raconterait ma mort d’un faux air attristé.

Depuis longtemps le feu des damnés me possède,
L’enfer m’attend. Que nul ne prie ou n’intercède.
Qu’elle puisse me voir un instant, de son ciel,
Debout, grave et hautain, sur les rocs de porphyre,
Illuminé comme sa chair que je désire,
Je ne me plaindrai pas du supplice éternel.

Voter pour ce poème!

Alphonse Beauregard Apprenti Poète

Par Alphonse Beauregard

Né à La Patrie (Compton en Québec) le 5 janvier 1881, Alphonse Beauregard doit abandonner ses études à la mort de son père. Il pratique alors divers métiers, tout en publiant des poèmes dès 1906 dans quelques journaux et revues (parfois sous pseudonyme de A. Chasseur). Il prend une part active à la rédaction du Terroir et devient secrétaire de l'école littéraire de Montréal, tout en travaillant comme commis au port de Montréal. À peine élu président de l'école, il meurt asphyxié au gaz le 15 janvier 1924. Son poème « Impuissance » est paradoxalement un des plus puissants de cette époque.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Vos mots ont le pouvoir de réveiller l'esprit, tel un élixir de Voltaire. Osez commenter.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le blé despotique

Le dernier dieu