La chanson d’adieu

Je cherche au firmament une étoile nouvelle,
Celle qui me fut chère a disparu des cieux ;
Je ne la maudis pas, sa clarté me fut belle,
Et son dernier rayon est encore dans mes yeux.

Peut-être un autre cœur, à mes vœux moins rebelle,
En vers mieux inspirés ou plus mélodieux
Me rendra les soupirs qui s’égaraient vers elle
Mais soyons-lui clément, à l’heure des adieux.

Elle ira dans ce monde où celle qui fut Laure
Entre ses jeunes sœurs murmure, à chaque aurore,
Le doux nom de Pétrarque et sa chanson d’amour ;

Mais jamais, dans le ciel, de sa bouche sévère,
Elle ne redira le nom de son trouvère,
Et son cœur, s’il l’a su, ne l’aura su qu’un jour.

Voter pour ce poème!

Antoine de Latour Apprenti Poète

Par Antoine de Latour

Antoine Tenant de Latour, né à Saint-Yrieix le 30 août 1808, mort à Sceaux le 27 avril 1881, est un écrivain français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans l'univers des poèmes, chaque commentaire est une pépite de Proust. Partagez votre trésor.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Jocelyn, le 16 décembre 1793

L’écran