La platine de tirsis

Dans l’horreur d’un bois solitaire
Où malgré l’œil du jour règne en tout temps la nuit,
Tirsis, loin du monde qu’il fuit,
Ne pouvant plus se taire,
Chantait en pleurs le doux et triste sort
Qui le livre à la mort.

C’est donc une chose arrêtée (Disait ce pauvre amant, plein d’ardeur et de foi)
Que je souffre à jamais pour toi,
Cruelle
Pasithée?
Et que ton cœur, au heu d’en soupirer,
Feigne de l’ignorer?

Tes beaux yeux, les rois de mon âme,
Après m’avoir soumis à leur divin pouvoir,
Feront semblant de ne point voir
Ma vive et pure flamme ?
Et ton oreille entendra sans pitié
Gémir mon amitié ?

Ah! rigueur trop longue et trop dure!
C’en est fait, je me rends à ta fière merci ‘.
En vain ces houx flattent ici
Mes maux de leur verdure :
Il faut périr;
Amour ne m’offre en eux
Qu’un espoir épineux.

Comme il achevait cette plainte,
Un long cri de hibou, douloureux et tremblant,
D’un mortel effort l’accablant,
Le fit pâlir de crainte;
Et maint aspic sifflant autour de lui
Redoubla son ennui.

Un ruisseau plein d’inquiétude,
Murmurant sur le dos d’un âpre et vieux rocher
Du mal qu’il avait à marcher
En un chemin si rude,
Représentait le lamentable cours
De ses pénibles jours.

Le tronc noir et sec d’un érable,
Par le courroux du ciel foudroyé depuis peu,
Ne lui présageait en son feu
Qu’une fin misérable :
Tous les objets y semblaient conspirer,
Et lui la désirer.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments