Le tas de neige et le tas de boue

Fable IX, Livre III.

Dans une rue, au bord du moins clair des ruisseaux
Etait un tas de neige auprès d’un tas de boue.
Un carrosse a passé ; sous la quadruple roue,
Du noir bourbier au loin j’ai vu jaillir les eaux.
Au tas de boue en vain l’onde impure s’attache :
Il parut tel après qu’il paraissait avant.
Mais quant au tas de neige il en fut autrement :
La moindre goutte avait fait tâche.

Tel sort d’un mauvais pas sans paraître gâté,
Grâce à d’anciennes flétrissures ;
Lorsque sur la pudeur et sur la probité
J’aperçois des éclaboussures.

Voter pour ce poème!

Antoine-Vincent Arnault Apprenti Poète

Par Antoine-Vincent Arnault

Antoine Vincent Arnault, né le 1ᵉʳ janvier 1766 à Paris et mort le 16 septembre 1834 à Goderville est un homme politique, poète et auteur dramatique français, deux fois élu à l'Académie française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est une danse des mots. Invitez-vous sur la piste, dansez avec nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Les vitres cassées

Le zèbre