souvenirs sans avenir…

Les souvenirs,

 

se ramassent une pelle,
glissant au cœur gelé,
en mauvaise nouvelle
d’un prénom rappelé,

et nulle ritournelle
ne vient élucider
l’écho sempiternel
d’un amour suicidé,

ainsi la nostalgie
vomit pathétiquement,
dans une hémorragie
d’un sentiment qui ment,

car personne ne nourrit
son corps, des excréments,
son esprit, de pourris
et rare bons moments,

sauf peut-être le bourgeois
aimant se divertir,
ressasse de sa joie :
ses profits souvenirs…

Voter pour ce poème!

Vous êtes le seul qui peut nous sauver de l'ennui mortel de ne pas avoir de commentaires sur notre poème. S'il vous plaît, faites-nous cet honneur.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments