La main droite et la main gauche

Fable XVIII, Livre II.

Tandis que sa main droite achevait un tableau,
Certain professeur en peinture
Gourmandait sa main gauche, et disait : « La nature
T’a fait là, pauvre peintre ! un assez sot cadeau.
Jamais une esquisse, une ébauche,
Un simple trait peut-il sortir de ta main gauche ?
Sait-elle tenir un pinceau ?
Non, pas même un crayon ! Cependant, maladroite,
N’as-tu pas cinq doigts bien comptés ?
Pour faire en tout mes volontés,
Qu’as-tu de moins que ma main droite ?
— Beaucoup, monsieur, » répond pour le membre accusé
L’un des cinq doigts ; le petit doigt, sans doute ;
Doigt très instruit, doigt très rusé,
Doigt qui sait ce qu’il dit comme tel qui l’écoute.
« La main gauche à la droite est semblable en tous points,
Dans l’état de nature ou l’état d’ignorance,
Car c’est tout un ; mais quelle différence
Entre ces sœurs bientôt s’établit par vos soins,
Vers la droite en tout temps portés de préférence !
La main droite est toujours en opération ;
La main gauche en repos : voilà toute l’affaire.
On ne peut devenir habile, à ne rien faire.
Au seul défaut d’instruction
Attribuez, monsieur, l’impuissance où nous sommes.
Croyez-vous l’éducation
Moins nécessaire aux mains qu’aux hommes ? »

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments