Orties

L’enfant est couché
sur un lit d’orties.
Ses souliers ferrés
Encor pleins de bouse
Il va piétiner
Les éternités.
La mouche lui suce
Un coin de paupière ;
Son front dur et plat
Ressemble déjà
Aux plus belles pierres.
Son père, sa mère
Et les invités
Le regardent faire
Sa suavité.
Ses frères l’épient.
O mort, tu resserres
Le nœud des familles.

Norge

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments