Si ce n’est pas l’amour

Imitation de Pétrarque.

Si ce n’est pas l’amour, quel feu bride en mes veines ?
Ou quel est cet amour dont je me sens saisir ?
Si c’est un bien, pourquoi cause-t-il tant de peines ?
Si c’est un mal, pourquoi fait-il tant de plaisir ?

Librement dans mon cœur si j’en nourris la flamme,
Pourquoi gémir toujours et toujours soupirer ?
Mais, plus puissant que moi s’il asservit mon âme,
Hélas ! que me sert de pleurer ?

Ô mort pleine de vie ! ô mal plein de délices !
Auriez-vous, malgré moi, sur moi tant de pouvoir ?
Ou, si c’est de mon gré, puis-je en mon désespoir
Vous accuser sans injustice ?

Sans gouvernail sur les flots mutinés,
Chargé d’erreur, léger d’expérience,
Dans un fragile esquif j’affronte l’inclémence
Des Aquilons contre moi déchaînés.

Naufrage ! en vain tu me menaces :
Sais-je ce que je crains ? sais-je ce que je veux ?
L’été me voit trembler au milieu de ses feux ;
L’hiver me voit brûler au milieu de ses glaces.

Écrit en 1785.

Voter pour ce poème!

Antoine-Vincent Arnault Apprenti Poète

Par Antoine-Vincent Arnault

Antoine Vincent Arnault, né le 1ᵉʳ janvier 1766 à Paris et mort le 16 septembre 1834 à Goderville est un homme politique, poète et auteur dramatique français, deux fois élu à l'Académie française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est le miroir de l'âme. Reflétez la vôtre dans nos commentaires, à la manière de Baudelaire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Monologue de Selkirk

Berger tant rempli de finesse