L’huître et le marsouin

Fable X, Livre III.

« Enfin j’ai trouvé le repos ! »
Disait une huître de Marène.
« Fidèle au nœud qui nous enchaîne,
Ce roc me défendra des flots :
Nous ne faisons qu’un ; je défie
Au trident de nous séparer ;
Je défie au temps d’altérer
La tendre amitié qui nous lie. »
« — L’amitié, repart un marsouin,
De sa nature est peu constante,
Quand le besoin qui la cimente
N’est pas un mutuel besoin.
À maint courtisan qui s’accroche
Après maint puissant, c’est pourquoi
Je dis : — Crains le flot qui s’approche ;
Bien que tu tiennes à la roche,
La roche ne tient pas à toi. »

Voter pour ce poème!

Antoine-Vincent Arnault Apprenti Poète

Par Antoine-Vincent Arnault

Antoine Vincent Arnault, né le 1ᵉʳ janvier 1766 à Paris et mort le 16 septembre 1834 à Goderville est un homme politique, poète et auteur dramatique français, deux fois élu à l'Académie française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie se renouvelle avec chaque commentaire. Soyez le souffle de la renaissance.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

L’huître et la perle

L’insecte utile et l’insecte nuisible