Tu ne comprends pas, tu comprends

1

tu ne comprends pas dis-tu

tu t’étonnes menton en avant

que je m’emmêle et m’encombre d’excuses

alors que la décision est prise

que toutes les portes en moi sont dévergondées

que deux mois ont retourné ma peau

mais tu comprends en même temps tu me guides en ce dédale glauque tu danses sur le seuil de ta confusion

et je te vois

aigle blanc, aigle-femme sur ta branche

épier la faiblesse du moment

prête à taillader d’un coup la perfection

un siècle entiet double ma colère quelque chose nous égalise sans pitié n’attends pas que le siècle ait capoté j’ai la mort pendue à tes basques ta confiance peut m’en défatiguer

2

cet as de pique en forme de cœur je l’offre

à tes essaims de douceur

ce vin d’ombre et de complicité

je l’offre aux crimes que tu n’as pas commis

ces violettes cueillies sut la pente

je les offre à ton indifférence

ce poème sans titre sans passeport sans année

je l’offre à ce qui te fuit

ces morceaux de nuit qui grincent entre tes dents

je les offre à ta patience

ce non ce oui que je ne dis pas

je les offre à ton silence

écoute-moi te donner

3

je ne sais

si ce boa d’étoiles jeté sur tes épaules

si cette ribambelle de feux follets sur la colline noire

je ne sais si cela tarit ta soif

je ne sais matraque de velours

si les nerfs noués en échelles de cordes

si l’exaspération notée dans ton carnet de voyage

je ne sais matraque de velours

si cela déborde ton désir

je ne sais

si mes chiens lâchés en rase campagne par temps gris

si les douves vidées de leurs regrets

si l’excès de ma patience

n’ont pas fait reculer les limites de ta crainte

je ne sais — regard traversé à gué — si le soleil tenu en main surfît à t’éclairer

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments