Ô Dieu ! si vous avez la France sous vos ailes

Ô Dieu ! si vous avez la France sous vos ailes,
Ne souffrez pas, Seigneur, ces luttes éternelles,
Ces trônes qu’on élève et qu’on brise en courant,
Ces tristes libertés qu’on donne et qu’on reprend,
Ce noir torrent de lois, de passions, d’idées,
Qui répand sur les mœurs ses vagues débordées,
Ces tribuns opposant, lorsqu’on les réunit,
Une charte de plâtre aux abus de granit,
Ces flux et ces reflux de l’onde contre l’onde,
Cette guerre, toujours plus sombre et plus profonde,
Des partis au pouvoir, du pouvoir aux partis,
L’aversion des grands qui ronge les petits,
Et toutes ces rumeurs, ces chocs, ces cris sans nombre,
Ces systèmes affreux échafaudés dans l’ombre,
Qui font que le tumulte et la haine et le bruit
Emplissent les discours, et qu’on entend la nuit
À l’heure où le sommeil veut des moments tranquilles,
Les lourds canons rouler sur le pavé des villes !

Le 30 août 1835.

Voter pour ce poème!

Victor Hugo Apprenti Poète

Par Victor Hugo

Victor Hugo est un poète, dramaturge, prosateur et dessinateur romantique français, né à Besançon le 26 février 1802 et mort le 22 mai 1885 à Paris. Il est considéré comme l’un des plus importants écrivains de langue française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans le monde de la poésie, chaque mot compte. Votre voix a sa place ici.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Puisque le juste est dans l’abîme

Soleils couchants (III)