Perdez, froissez, tuez cette âme vagabonde

Perdez, froissez, tuez cette âme vagabonde,
Qui délaissant ce jour cherche votre manoir,
Ô puissances d’enbas, si vous avez pouvoir
Sur les captifs d’amour qui dédaignent ce monde.

Vous Esprits, qui toujours allez faisant la ronde
A l’entour de nos coeurs, tâchant nous décevoir,
Employez les secrets de tout votre savoir
Pour mettre en mon esprit une peine seconde.

Fuyez, Esprits, fuyez, votre mort, votre horreur
Ploye sous les efforts de l’aveugle fureur
Qu’excite dans le sang une rage amoureuse.

Tout votre vain pouvoir n’a pouvoir sur l’amour.
Je veux donc encor voir les douceurs de ce jour,
Flattant en mon malheur ma vie malheureuse.

Voter pour ce poème!

Béroalde De Verville Apprenti Poète

Par Béroalde De Verville

François Béroalde de Verville de son vrai nom François Vatable Brouard, né le 27 avril 1556 à Paris et mort en octobre 1626 à Tours, est un poète français, auteur du Moyen de parvenir.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Vos mots sont la mélodie de notre poésie. Faites résonner votre voix.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

à leopardi

Adieux au monde