Ah ! Seigneur, Dieu des coeurs

Ah ! Seigneur, Dieu des cœurs robustes, répondez !
Quel est ce temps de doute où l’homme joue aux dés
Ses croyances, l’amour et le rêve et la gloire ?
Il est tard ; que faut-il aimer, que faut-il croire ?
Vacillants et plaintifs comme un peuple de joncs,
Sous le ciel triste et nu nous vous interrogeons ;
Notre âme sèche a soif d’une sève nouvelle.
Seigneur, que votre étoile à nos yeux se révèle !
Car déjà la nuit morne à l’horizon s’étend :
Voici que le soleil se couche et qu’on entend
Planer sur le sommeil de nations entières
Le grand vent solennel et noir des cimetières.

Voter pour ce poème!

Charles Guérin Apprenti Poète

Par Charles Guérin

Charles Guérin, né le 29 décembre 1873 à Lunéville, où il est mort le 17 mars 1907, est un poète français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Votre plume est une baguette magique. Enchantez notre forum de poésie.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Goûte, me dit le Soir de juin avec douceur

Dans ton décor naïf tu m’apparais