Absence, Absence, Absence, ô cruelle divorce

Absence, Absence, Absence, ô cruelle divorce,
Pitié des affligés, maison d’obscurité,
Qui ruine tout le monde, et dont l’autorité
Fait de nouveaux enfers, connaissant bien sa force,

Pourquoi, hélas pourquoi, ô misérable amorce,
De mes soudainetés, astu précipité
Mon coeur sur tous les coeurs, amoureux éventé,
Indomptable et lointain, et qui n’a que l’écorce ?

Las ! au moins si j’avais pour augure l’étoile,
La Déesse suante avecques ce gris voile,
Tout fraîchement rompu des machines de bois,

Ou que les vents plus forts sur la mer agitée
M’apportassent le nom, ou le son de la voix
De Madame, j’aurais ma fortune tentée.

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

GIPHY App Key not set. Please check settings

France, mère des arts, des armes et des lois

Chapeaux