Rituel bancal

J’irai,

J’irai avec mes mains inaptes à dompter mes cheveux.

J’irai avec mes mains perdues devant le clou et le marteau.

J’irai avec mes mains inertes au pinceau comme à la truelle.

J’irai avec mes mains inutiles aux mécaniques défaillantes.

J’irai avec mes mains pendantes, immobiles, silencieuses.

J’irai pourtant, avec mes mains en liesse sur ton corps dénudé.

 

J’irai avec mes yeux d’aigle qui ne voient pas plus loin que le bout de mon nez.

J’irai avec mes yeux d’acier qui se rouillent à la moindre émotion.

J’irai avec mes yeux aux paupières closes par de minuscules fatigues.

J’irai pourtant, avec mes yeux d’azur, te dénicher où que tu sois.

 

J’irai avec mon nez qui pisse des sucs infâmes.

J’irai avec mon nez qui s’irrite de poussières insignifiantes en de bruyants éternuements.

J’irai avec mon nez qui ne sent, des odeurs, que les miasmes puissants.

J’irai avec mon nez qui, même au figuré, ne fait pas bonne figure.

J’irai pourtant, avec mon nez, sentir ton cœur entre tes deux seins.

 

J’irai avec ma bouche au palais de résine.

J’irai avec mes dents d’ivoire synthétique jaunies par le temps.

J’irai avec au fond de ma gorge un goût de sang.

J’irai avec ma bouche aux papilles brûlées par les épices.

J’irai avec ma bouche balbutiante, bégayante, zozotante.

J’irai pourtant, avec ma bouche, chanter haut et fort ta beauté.

 

J’irai avec mes oreilles perforées par les marteaux piqueurs.

J’irai avec mes oreilles qui tiennent plus de la feuille de chou que de l’appareil auditif.

J’irai avec mes oreilles, coton tige en alerte permanente.

J’irai avec mes oreilles qui ne comprennent rien des mots qui se mélangent.

J’irai pourtant, avec mes oreilles, écouter jusqu’à ton souffle le plus ténu.

 

J’irai avec ma tête avec mon cœur, avec mes tripes.

J’irai sur mes deux jambes arpenter bien des routes.

Eh ! Vous mes mains, mes yeux,  mon nez, ma bouche, mes oreilles,

Tenez-vous le pour dit !

Il vous faudra bien suivre.

J’irai avec mes pieds jusqu’au bout du chemin.

Alors, c’est sûr, tu seras là aussi.

0

Voter pour ce poème!

2 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Miaous

Dans l’angle mort du temps