Notre sentier

Notre sentier près du ruisseau est déchiré par les labours
Si tu venais, dis-moi le jour, je t’attendrai sous le bouleau
Les nids sont vides et décousus
Le vent du nord chasse les feuilles
Les alouettes ne volent plus, ne dansent plus les écureuils
Même les pas de tes sabots sont agrandis en flaques d’eau

Notre sentier près du ruisseau est déchiré par les labours
Si tu venais, fixe le jour, je t’attendrai sous le bouleau
J’ai réparé un nid d’oiseau, je l’ai cousu de feuilles mortes
Mais si tu vois sur tous les clos, les rendez-vous de noirs corbeaux
Vas-tu jeter en flaques d’eau, tes souvenirs et tes sabots?

Tu peux pleurer près du ruisseau, tu peux briser tout mon amour
Oublie l’été, oublie le jour, oublie mon nom et le bouleau.

(sur l’album: Félix Leclerc)

0

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Le renard qui prêche

A El***