La tour géante

Pleins de corbeaux et d’angélus,
Les clochers dont le doigt de pierre
Montrait sa route à la prière,
N’avaient que cent mètres au plus.

Des hommes hardis sont venus
Et, forgeant la dure matière,
Ont construit une tour altière
Menaçant les cieux inconnus.

Miracle ! Jusqu’où monte-t-elle ?
La foule pousse devant elle
Un hurrah d’admiration.

Son sommet se perd dans l’espace —
Mais, tout là-haut, un aigle passe
Et n’y fait pas attention.

Voter pour ce poème!

Si tu n'as pas encore laissé de commentaire après avoir lu ce poème, c'est comme si tu avais oublié de mettre du sel dans ton plat préféré. Tu veux vraiment passer à côté de cette occasion de partager tes pensées?

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments