De la main de Marguerite

Plume, vous travaillez en vain
En voulant comparer la main
De ma dame à mortelle chose,
Soit lis, ivoire ou blanche rose,
Pour ce que, quand Amour prétend
De rendre l’oeil humain content,
Ne peut montrer objet plus digne,

Ô main jolie, ô main divine,
Main, qui n’as ta pareille en terre,
Main, qui tiens la paix et la guerre,
Main propre pour le coeur ravir,
Et puis le contraindre à servir,
Main portant la clef pour fermer
Et ouvrir l’huis de bien aimer,
Main plaisante,main délicate,
Je n’oserais te dire ingrate ;
Tu peux blesser, tu peux guérir,
Tu peux faire vivre et mourir,
Main qui retiens, main qui dépars
Main qui fends mon coeur en deux parts,
Main pesant tout à la balance,
Main qui soutiens plus forte lance
Qu’Achilles (mon coeur l’a bien su),
Car onc de main ne fut reçu
Coup faisant si grande ouverture,
Touchant l’amoureuse pointure,
Que j’ai d’un seul coup soutenu
Depuis qu’elle m’a retenu.

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Hugues Salel

Poemes Hugues Salel - Découvrez les œuvres poétiques de Hugues Salel

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une étoile dans notre ciel poétique. Brillez avec le vôtre, comme Apollinaire dans la nuit.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le rossignol aveugle

Je vous apercevrai